Sélectionner une page

La communauté reggae et tous les amateurs de musiques du monde attendaient cette nouvelle avec impatience. La venue de Chronixx à Montréal sonne incontestablement comme l’évènement reggae de l’année.

Le kid, car il n’a que 24 ans, est le fer de lance du mouvement Reggae Revival, un mouvement qui remet au coeur du reggae les racines de la musique jamaïcaine, sa spiritualité avec le rastafarisme, son combat contre Babylon et son consumérisme, en somme un mouvement anti-dancehall. Exit le bling-bling et les textes superficiels: le Reggae Revival se veut conscient. Jah9, Protoje, Jah Bouks et Chronixx sont quelques-uns des dignes héritiers de Burning Spears, Bob Marley, Culture et de tous les artistes reggae des années 70.

Si les artistes du Reggae Revival revendiquent cette culture consciente, ils n’en sont pas moins modernes dans leur approche et connectés avec le monde. Contrairement à certains de leurs aînés, ils sortent de leur île pour rencontrer le monde, collaborer avec des artistes rap ou électro, propager la bonne parole partout où ils le peuvent. Par ailleurs, leur discours est totalement actuel, car il entre en opposition avec la culture Pop qui, selon certains, amène le monde à sa perte. L’immédiateté, la superficialité, la vulgarité, l’argent ne sont plus le coeur de la culture populaire jamaïcaine: il faut désormais compter avec le Reggae Revival.

Chronixx était ce que l’on appelle un enfant prodige ou tout au moins, un enfant précoce. Il aurait écrit sa première chanson “Rice Grain” à 5 ans. À la maison avec son père musicien, mais aussi à l’église ou à l’école, la musique a fait partie de sa vie depuis sa tendre enfance. C’est véritablement depuis 2012 que l’artiste a commencé à frapper les esprits, performer sur scène et enregistrer sa musique.

Ce qui est particulièrement remarquable, c’est sa fulgurante ascension. Jamar Rolando McNaughton, de son vrai nom, n’a réalisé qu’une quinzaine de singles et un seul album, ce qui est peu au regard de sa popularité mondiale. Son grand nombre de vidéoclips, sa présence sur Youtube, Soundcloud et les réseaux ont certainement contribué à cette popularité, mais cela n’a pas tout fait: il faut avouer que le garcon a aligné un grand nombre de tounes qui ont marqué les esprits.

Chez Pull-Up, on est fan, mais pas de tout son répertoire. Ses chansons lovers nous fatiguent. Nous préférons de loin des tracks comme “Capture Land”, “Tenement Yard”, “Perfect Tree” ou encore “Who Knows” avec Protoje.

La vraie question est donc de savoir comment évoluera la jeune carrière de Chronixx. Car on le sait, particulièrement dans le reggae, le plus dur n’est pas de percer, mais bel et bien de rester.

Un conseil pour finir: profitons-en maintenant, car l’artiste sera sur la scène de l’Olympia le mercredi 26 avril. Nous, on y sera.